Coup de tonnerre dans la blogosphère lyonnaise en cette rentrée, le plus gros blog local français vient de disparaitre. Enfin pas tout à fait car je ne l’ai pas nommé mais Lyon69.net vient d’effectuer sa mue. Appelez-le maintenant Lyon City Crunch.

Ils l’avaient annoncé fin juin qu’il y allait avoir du changement sous forme de teaser

Et ils ont mis leurs menaces à exécution car depuis ce lundi, Lyon69 n’est plus, RIP.

Appelez-le dorénavant :

Mais on ne pouvait laisser, la team de bras cassés de LCC (ce n’est pas le sigle d’une banque), nous faire peur comme ça, sans réponses.

C’est pour cela que j’ai soumis à la terrible épreuve de la question, le barbare en chef qui a décapité Lyon69, le taulier Qyrool, vous l’avez peut-être croisé ici et .

Qyrool, la première chose que j’ai envie de te demander : c’est quoi ce bordel ? On laisse Lyon69.net à la fin juin trankilou et paf, il est dévoré.

Cela vient d’où cette envie de nouveau ?

Tout d’abord, merci pour cette interview, c’est l’occasion d’expliquer un peu plus le changement de nom que nous avons finalement peu justifié auprès de nos lecteurs.

En fait, il ne s’agit pas vraiment d’envie de nouveau mais d’une frustration de ne pas avoir de « vrai nom ». J’ai choisi le nom Lyon69, il y 5 ans un peu par hasard et parce qu’il était libre. Le site n’avait pas vocation à être ce qu’il est aujourd’hui, c’était un simple blog perso, ça n’avait pas trop d’importance. Et puis au fur et à mesure que le site a évolué on s’est dit qu’il était dommage qu’on n’est pas un nom qui nous définit vraiment (et qui évite qu’on nous prenne pour le blog officiel de la ville de Lyon).

J’étais vraiment jaloux de ces sites qui avaient des supers noms, à la fois originaux, drôle mais pourtant très parlant.

Donc bon le changement, c’est maintenant c’est digéré mais pourquoi un nom anglais (une OPA de Nestlé?!!!? Cela ne  fait pas trop jaser les Jacques Toubon ?

C’est assez marrant parce que la seule contrainte qu’on s’était fixé, quand on a commencé à réfléchir à un nouveau nom, c’était de ne pas prendre un nom anglophone. On a trouvé quelques noms en français mais on n’était pas pleinement satisfaits. Au cours des réflexions, quelqu’un a sortit la phrase « le site qui croque la ville à pleines dents » et elle a fait tilt. Il fallait qu’on trouve un mot qui la résumerait.

Malheureusement, le français n’a pas la force de concision de l’anglais et après moultes suggestions de noms à rallonge, on a décidé d’utiliser la langue de Shakespeare. C’est alors que Nestlé nous a proposé un gros chèque…

Justement, je rigolais sur l’OPA mais il y a une volonté comme tu l’as expliqué dans ce billet d’avoir un côté  plus professionnel, sans trop rentrer dans les détails,  y a un business plan et model derrière tout ça ?

Je parlerais plus de nécessité que de volonté.

Dans cette aventure, j’ai l’impression que c’est le site qui nous pousse à nous dépasser, à mieux nous organiser et à apprendre à gérer un fort trafic et une communauté de fans grandissante.

Certains montent des business plans de malade pour lancer un site, ça n’a jamais été notre cas.

J’ai l’habitude de dire qu’on a mis la charrue avant les bœufs mais que la charrue avance toute seule et  même très vite. Le but aujourd’hui est donc d’arriver à raccrocher les bœufs d’une carriole lancée à pleine vitesse. Donc oui, un business plan est en train d’être monté avec un premier tour de table (avis aux investisseursautres que Nestlé…)

Donc le petit frère http://www.mtp34.net/ va aussi passer à la moulinette ? Y a d’autres choses de prévus ? La conquête du monde à la sauce Minus et Cortex ?

J’ai lancé un site similaire à Montpellier parce que j’y suis très souvent, il n’y a pas de vocation à ouvrir un Citycrunch dans chaque ville de France.

Montpellier est une ville en pleine effervescence que j’adore croquer, j’avais donc très envie d’écrire des choses sur elle et d’aller à la rencontre des blogueurs locaux.

Mtp34 va devenir Montpellier CityCrunch parce que je trouve ça intéressant d’avoir plusieurs sites rangés sous une même bannière.

Donc pour le moment, on citycunche à Lyon et à Montpellier.

Pour d’autres villes, rien dans les tuyaux mais pourquoi pas un jour, exporter la formule ailleurs (grâce au chèque de Nestlé par exemple…).

Ton blog fédère une grosse communauté (plus de 4000 fans FB,  2500 abonnés Twitter, 3000 lecteurs hebdomadaires de la Newsletter), allez-vous aller vers plus de mangement de communauté en valorisant « la marque » : Lyon CityCrunch à travers, je ne sais pas des événements, des goodies ?

En changeant de nom, on se crée, en effet, l’opportunité de créer une marque. Mais pour le moment on va déjà essayer de gérer ce virage le mieux possible.

Si on ne finit pas dans le décor et s’il y a de l’envie pour des goodies, pourquoi pas.

Mais dans ce cas on essayera de trouver une idée vraiment sympa pour essayer d‘aller au delà du simple T-shirt avec un logo et coller vraiment à l’esprit du site.

Quant aux évènements ça a toujours été dans notre ADN. D’ailleurs il y a du lourd qui arrive dans les cartons…

Y aura-t-il bientôt une V2 de la pochette à croquer ?

La première pochette surprise a été gérée de main de maître par Loïc, notre gentil stagiaire. Malheureusement, celui-ci est devenu grand et s’apprête à prendre l’avion pour la Californie (Huez-le si vous le croiser avant qu’il ne parte, il ressemble à un hipster à moustache, habillé de la tête aux pieds en Kulte).

Du coup, la V2 est un peu en stand by, le temps de trouver l’énergie de lancer la machine. Mais allez, mettons-nous la pression, on va dire qu’il y aura une pochette d’ici octobre.

On peut vous souhaiter quoi à toute la team de Lyon CityCrunch et toi ?

On a un site qui marche, on adore bosser sur ce support, on rencontre plein de gens et on a une armoire remplie de nouvelles idées, donc je crois que CityCrunch est déjà très comblé.

Mais s’il faut vraiment choisir quelque chose, je dirais des nuits de sommeil un peu plus longues. Le changement de nom et les nouveautés qu’on s’apprête à annoncer  m’ont valu quelques nuits blanches…