Photos

Errò au Mac Lyon, l’expo Geek d’art ;)

Errò au Mac Lyon, l’expo Geek d’art ;)

Le mauvais temps est souvent une bonne raison pour aller s’enfermer avec plein d’autres gens dans des endroits abrités comme le cinéma, les centres commerciaux ou les musées.

Bien m’en a pris un dimanche d’automne pluvieux de me rendre au musée d’art contemporain de Lyon pour aller visiter la rétrospective consacrée à l’artiste islandais Errò qui se tient jusqu’au 22 février 2015.

En lire +

Dans mon android, été 2013

Voilà le genre de billet facile, vous allez me dire et je ne suis ni le premier ni le dernier à le faire.

Alors si je poste de temps à autre sur Instagram de nombreux clichés restent sur la SD (du galaxy S1) mais sans les filtres (ou presque !).

Et si on les faisait sortir ? 🙂

SAMSUNG
Magnifique Ile du Beurre sur le Rhône

SAMSUNG
Pérouges où il ne faut pas faire son rouge et sortir son “lardfeuille” de capitaliste
SAMSUNG
Magnifique vue sur Lyon depuis la montée Montée Lieutnant Allouche dans le 69001

SAMSUNG
Gorges de la Fou, plus étroit canyon au monde
SAMSUNG

Cap-Leucate

SAMSUNG

SAMSUNG

WTF !

Collioure

En lire +

On a visité les entrailles de Caluire et Cuire !

On a visité les entrailles de Caluire et Cuire !

Avec l’ami Samy aka Ex-Fetard qui fait partie de l’association OCRA-Lyon, j’ai eu la chance de visiter les galeries qui reliaient deux forts militaires situés à Caluire, celui de Caluire donc (qui n’existe plus et à laisser sa place au Stade Henri Cochet) et celui de Montessuy dont il existe encore de belles traces.

Pour la petite histoire ces deux forts faisaient partie de la première ceinture de défense de Lyon avec les Forts de Saint-Irénée, Sainte-Foy, de Loyasse, de la Duchère, des Brotteaux et de Villeurbanne selon la stratégie militaire du XIXème siècle qui remettait les forts au goût du jour, on a pu voir ce que cela a donné avec la ligne Maginot…

Cependant, les forts n’ont jamais eu d’utilité militaire à Lyon et ils furent petit à petit désaffectés pour laisser place aux grands ensembles urbains que nous connaissons à Caluire ou à la Duchère.

Mais fort heureusement, tout n’a pas disparu et la galerie qui reliait les deux forts caluirards fut utilisée pendant les années 60 comme champignonnière avec une température et une humidité sans variation tout au long de l’année.

On peut encore voir un vestige de wagonnet (pour remonter les champignons) en très bon état de la champignonnière de Caluire, wagonnet que l’Ocra devrait bientôt récupérer avec la réfection de la place où celui-ci se trouve actuellement.

 

 

La champignonnière du Fort de Caluire est composée de 61 pièces  sur 300 m de long et voici les quelques photos (d’une piètre qualité) qui rendent compte de cette visite ô combien sympathique sachant qu’une partie a été mise en lumière par la ville de Caluire après le travail de nettoyage effectué par l’OCRA-Lyon

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La Champignonnière est ouverte au public lors d’événements comme les journées du Patrimoine, n’hésitez pas à consulter l’OCRA-Lyon et à aimer leur page FB pour plus d’infos.

Pour de plus amples informations, n’hésitez pas à lire cette visite beaucoup plus pro qui avait été faite par l’OCRA.

En lire +

1 impression 2D sur l’impression 3D

1 impression 2D sur l’impression 3D

Je suis de retour pour vous causer 3D avec un petit reportage photos de l’expo et du FabLab consacrés à l’impression 3D qui se déroule jusqu’au 02 février à la MJC de Bron.

A vrai dire, comme St Thomas, je ne crois que ce que je vois et faut dire que ça m’a bien estomaqué de tout ce qu’on pouvait faire avec l’impression 3D qui englobe différentes type de machines.

Avec les gentilles explications d’un des monsieur de la fabrique d’objets libres, j’ai enfin pu (essayer de) comprendre comment fonctionnait l’imprimante 3D et la voir fonctionner.

Telle une imprimante classique, elle interprète le fichier que lui envoie l’ordi.

Point question d’encre, il s’agit de plastique liquide (des prototypes existent en Allemagne avec comme matière première du bois) que l’imprimante superpose et façonne pour créer l’objet 3D (ç la taille maxi de 20X20X20 cm). On a en trouve en kit sur le web dès 600€ (par contre à ce prix là impression maxi de 14X14X14 cm)

Et elle peut réaliser en autres cela (il faut que la base soit plane) :

Ces objets bleus et jaunes

Autre technique 3D, le fraisage 3D avec une fraiseuse 3D, on peut réaliser à partir d’un bloc de matières (type bois) sur 3 axes (X Y Z pour les puristes) ce type d’objets comme ces moules :

Avec la découpe laser 3D qui brûle la matière on réalise ces belles petites choses :

Dans le FabLab temporaire, nombreux étaient ceux qui étaient vu pour faire imprimer des objets 3D, les gars de la Fabrique aident même des gens sur des petits projets comme ce monsieur qui essayait de concevoir un petit tiroir; ils sont partis d’une pièce réelle, on en refait un patron 3D pour l’imprimer.

On sent le partage d’idées et les coups de mains dans cette initiative de FabLab dont on peut voir que cela se développe par le monde.

Je vous laisse avec ces quelques autres photos  de l’expo qui n’on pas été prises avec un APN mais avec un S1, désolé d’avance de la qualité :

BTW, il y a un apéro “FABLAB DRINK”, ce vendredi18 janvier de 18h à 2hh pour découvrir l’expo et échanger sur le sujet.

En lire +

5 bonnes raisons de flâner sur les bords de Saône

5 bonnes raisons de flâner sur les bords de Saône

La rivière lyonnaise mérite qu’on s’arrête sur son cas et les touristes, lyonnais et badauds pourront bientôt la redécouvrir dès l’été 2013 avec les rives de Saône qui sera un peu le pendant plus sauvage des berges du Rhône.

Mais en attendant que cela soit à pied, en bateau (on attend la navette fluviale qui fera Lyon du Nord au Sud et vice-versa) ou même avec les bus à impériale, vous pouvez d’ores et déjà en profiter pour quelques bonnes raisons.

Le paysage:

– Une vue sur les 3 collines que sont Fourvière, La Croix-Rousse et la Duchère (si si)

photo credit: LLudo via photo pin cc

photo credit: coyote-agile via photo pin cc

– La vue depuis le nouveau quartier Confluence surtout depuis la place nautique.

photo credit: kriss69 via photo pin cc

L’île Barbe

photo credit: ?D via photo pin cc

-La plus belle et plus sécurisante des pistes cyclables de Lyon

L’architecture :

Le palais de Justice

photo credit: Steven Dutartre via photo pin cc

Les Subsistances

photo credit: Steven Dutartre via photo pin cc

– L’ancienne école vétérinaire (de nos jours Conservatoire de Musique)

photo credit: Calystee via photo pin cc

– Les Forts de Vaise et de la Croix-Rousse qui constituaient les remparts de notre ville, jadis.

Fort St Jean

– Les Bâtisses de l’île Barbe

photo credit: maté de fournoux via photo pin cc

– L’écoquartier Confuence

Images signées par le photographe urbain Brice Robert pour le webzine Lyonnais Lyon69.net (l’image de couverture de ce billet est aussi signée par lui)

Les bâtiments classés par l’Unesco sur les deux rives que de St Georges, St Jean à St Paul et jusqu’au Subsistances.

Les passerelles
Passerelles de la Saône à Lyon

– Le pont Bonaparte et son faux-air du Pont Neuf

photo credit: Thomas Roessler via photo pin cc

Une rivière qui draine une vrai vie économique, sociale et culturelle :

Les bouquinistes, le dimanche

photo credit: nicolasnova via photo pin cc

Le marché de la création, le dimanche

Le marché du quai St Antoine

photo credit: romaryka via photo pin cc

– Les nombreuses galeries et artisans

– Les sièges sociaux de la Compagnie Nationale du Rhône, des Voies Navigables de France, d’entreprises numériques dont des startups (dans le quartier de l’industrie)

photo credit: chekobero via photo pin cc

– Les péniches qui transitent par Lyon ne passent pas par le Rhône (non navigable dans Lyon intra-muros) mais sur la Saône.

L’histoire de Lyon :

– Les premières traces de navigation sur la Saône avec le port de St Georges

– St Jean, bien évidemment et son quartier médiéval et renaissance.

L’homme de Roche

– Napoléon à son retour de l’ile d’Elbe est passé par la Saône.

– Toujours les Forts qui permettaient de surveiller le trafic sur la Saône

L’île Barbe qui accueillit plusieurs rois en son sein.

Des quartiers au fil de l’eau :

Vaise

– St Jean

Le Quartier de Serin

– Saint Rambert

– La Presqu’isle

Bref si avec tous ces atouts, vous ne voulez toujours pas vous balader le long de la Saône, je ne comprendrai pas 🙂

En lire +