C’était pas mieux avant… à Lyon

On entend parfois que c’était mieux avant mais heureusement que certaines choses ont évolué dans notre bonne capitale des Gaules. Voilà 10 exemples qui nous démontrent que c’était pas mieux avant 😉

Faire du vélo au Parc de la Tête d’Or

Jusqu’au 8 juin 2005, le vélo n’avait pas vraiment le droit de citer, notamment aux heures dites d’affluence (13-18h). Auparavant, grosso modo, seuls les enfants avaient le droit d’utiliser leur petite reine pour traverser le parc de la tête d’Or. Une première percée avait été faite dans cet imbroglio au début de l’année 2000 avec une autorisation tôt le matin et tard en soirée. Et dire que des voitures y circulaient au début du 20ème siècle !

Flâner sur les bords de Saône ou du Rhône

Avant le 21ème siècle, les berges du Rhône ressemblaient surtout à un énorme parking à ciel ouvert. Il fallut attendre 2005 pour que des travaux d’aménagement sur la Rive Gauche permettent à la fin 2007 de pouvoir circuler d’en amont du Parc à Gerland à pied ou par un autre moyen de locomotion non carboné. Quant aux rives de Saône, ce n’est que lors de cette décennie en cours qu’elles furent aménagées pour un cheminement pédestre (et non cyclable à contrario).

Traverser la Presqu’ile d’Est en Ouest sans soucis

Jusqu’à une période pas si éloignée, si vous souhaitiez vous rendre à pied ou à vélo de Vaise aux Brotteaux (grosso merdo), il fallait soit grimper sur la colline de la Croix-Rousse soit faire le détour par le Sud en allant jusqu’au Terreaux. Heureusement, la percée du tunnel mode doux de la Croix-Rousse a grandement facilité cette transhumance dès la fin 2013.

La Halle Tony Garnier n’était pas Vegan Friendly

Nous sommes beaucoup à nous trémousser lors d’un concert dans notre Zénith Lyonnais. Cependant ce qui est désormais un lieu de loisirs fut une partie d’un grand ensemble que l’on nommait les abattoirs de la mouche dont ne subsiste aujourd’hui que la Halle. Pas sûr que les bêtes qui y finirent leur jour furent au firmament de leur forme en rentrant dedans à l’époque…

Aller à la Fac en Bus

FACULTE DE LYON 2 A BRON, TRAVAUX

La métropole de Lyon dispose de deux pôles universitaires excentrés que sont la Doua et le Campus de Lyon 2 Parilly. Or avant le 2 janvier 2001, pour s’y rendre si l’étudiant n’était pas véhiculé, il devait emprunter le bus et non le tramway comme maintenant :/

La manufacture des Tabacs n’était pas un lieu de savoir

Jusqu’en 1987, ce qui est aujourd’hui, un lieu d’apprentissage et de vie était comme son nom l’indique, une usine à fabriquer des cigarettes et ce depuis 1932 (même si les travaux débutèrent au début du XXème mais la guerre…)

Lyon, ville grise

On est tous habitués de nos jours à flâner sur les quais que cela soit du côté Rhône ou Saône en voyant des immeubles/monuments colorés, agréables à l’œil et qui sont mis en valeur la nuit par les éclairages qui les subliment. Ce ne fut pas toujours le cas et il fallut qu’un maire, Michel Noir, s’empare de ce dossier pour rendre Lyon instagramable 😛 On peut aussi y ajouter les murs peints. Pas pour rien que Lavilliers chantait ça…

Quand l’entrée de Lyon ressemblait à un dépotoir

Des friches industrielles entre Saint Rambert et Vaise, en passant par la pointe de Confluence ou encore les lambeaux du palais des expositions sur le quai Général de Gaulle. On ne peut pas dire que les accès nord, sud et est de Lyon donnaient envie à l’époque de s’y arrêter. Heureusement, depuis la Cité Internationale a vu le jour, le musée des Confluences trône comme repère de l’entrée de Lyon et les friches de Vaise ont laissé la place à de beaux sièges sociaux. Reste le furoncle urbanistique du Tunnel de Fourvière.

Quand tu ne connaissais qu’un seul maire de Lyon, toute ta vie….

Avec un « règne » de presque 50 ans pour Edouard Herriot, 20 ans pour Louis Pradel, 13 ans pour Francisque Collomb. Les mandats unitaires de Michel Noir et du regretté Raymond Barre laissaient à penser que le renouvellement de la vie publique était à l’image de la renaissance de la ville, changeante et dynamique…. Puis est arrivé Gérard Collomb (Christophe pour les intimes du gouvernement) et dont ce vieux billet laisse à penser qu’il est notre nouveau Herriot. L’histoire le dira…

Quand Lyon n’avait aucun attrait pour les parisiens

Cela a beaucoup changé, les prix de l’immobilier aussi 😛

3 Comments

  1. « le vélo n’avait pas vraiment le droit de citer » 😀
    Le « regretté Raymond Barre » : Hum, jusqu’à son dernier souffle, son soutien à Maurice Papon me fait moins regretter le personnage…

    • Je ne connaissais pas cet épisode sur son soutien à Papon qui fut son ministre…
      J’ai plus sur l’image du Maire qui était dans la conciliation avec les différents bords (et qui a grandement aidé Collomb sur ce coup-là) et de ce qu’il a pu faire pour que Lyon soit visible sur la scène internationale (G7, UNESCO) sans oublier le Tram, les berges dont il avait avec son équipe initié les projets. C’est plutôt pour ça le « regretté » ?

    • Je ne connaissais pas cet épisode sur son soutien à Papon qui fut son ministre…
      J’ai plus sur l’image du Maire qui était dans la conciliation avec les différents bords (et qui a grandement aidé Collomb sur ce coup-là) et de ce qu’il a pu faire pour que Lyon soit visible sur la scène internationale (G7, UNESCO) sans oublier le Tram, les berges dont il avait avec son équipe initié les projets. C’est plutôt pour ça le « regretté » ?

Laisse un petit commentaire