Quel Lyonnais es-tu Littlecelt ?

Cela va vous paraître complètement Schizo mais mon blog (mon moi numérique) a fait des pieds et des mains pour me poser les quelques questions du célèbre questionnaire : »Quel Lyonnais es-tu ?« .

Vu son insistance et la menace de faire sauter sa base Mysql, j’ai donc cédé à ce que me quémandait mon blog 😀

Plutôt quelle colline, celle de la X-Rousse, Fourvière ou la Duchère et pourquoi ?

La Croix-Rousse car elle a participé à la construction de l’adulte que je suis. Sur cette colline, j’ai rencontré l’âme sœur. C’est sur cette colline que j’ai fait mes premiers pas d’adulte autonome au sortir du cocon familial à seulement 19 ans.

Sur cette colline j’ai appris à connaître les moindres recoins du plateau et des pentes par cœur en livrant des pizzas.

N’empêche, ce travail m’a permis à apprécier cette continuité architecturale qu’est le plateau de la Croix-Rousse.

C’est aussi un endroit que j’ai vu évolué en 15 ans de présence discontinue, pas forcément dans le bon sens social mais qui garde une âme, un je ne sais quoi

Certains penseront qu’il s’agit de snobisme, cela serait mal me connaître 🙂

photo credit: Vincent Desplanche via photopin cc

photo credit: Vincent Desplanche via photopin cc

Plutôt place des Terreaux, Bellecour ou Place du Pont, pourquoi ?

Ah, le dilemme ultime, un peu des 3 en fait.

La place Bellecour parce qu’elle représentait enfant la notion de « Descendre à Lyon » surtout quand vous grandissez de l’autre côté du Périph’.

La place des Terreaux, pour son côté WTF tel une partie de Minecraft qui aurait mal tourné.

Et puis, la place du Pont qui rappelle à Lyon la bourgeoise que finalement le Lyon qui bouge et qui va de l’avant est du côté de la Rive Gauche et n’est pas planquée derrière les voûtes d’Ainay.

photo credit: Calystee via photopin cc

photo credit: Calystee via photopin cc

Niveau Maire, Noir, Barre ou Collomb (pas Francisque) ?

Raymond Barre parce qu’avec son prédécesseur Michel Noir, ils ont initié la ville de Lyon que l’on connaît aujourd’hui.

Gérard Collomb a eu l’intelligence de continuer le travail.

Cependant, il doit une fière chandelle à son défunt prédécesseur qui avait inventé l’ouverture bien avant Mini-Monsieur, c’est Raymond qui lui avait mis le pied à l’étrier notamment au Grand Lyon 😉

De plus, Raymond Barre, avec sa stature d’homme d’état avait remis Lyon sous les projecteurs internationaux en faisant classer une partie de notre ville bimillénaire à l’UNESCO et en accueillant le G7. C’était il y a bientôt 20 ans, mais mon cœur centriste ne l’oublie pas ce grand monsieur.

photo credit: World Economic Forum via photopin cc

photo credit: World Economic Forum via photopin cc

Plutôt Asvel, LOU ou OL ?

2002, 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008…

photo credit: Giåm via photopin cc

photo credit: Giåm via photopin cc

Comment oublier cela et ne pas choisir l’Olympique Lyonnais comme club qui a su (et saura) faire rayonner notre ville à l’échelle nationale et internationale 🙂

Mais vu que je peux remonter un peu plus loin, comment ne pas oublier également les années de reconstruction dans les années 1990 sous la houlette de JMA avec des hauts et des bas.

La seule chose que je peux reprocher à l’OL, c’est d’aller s’enterrer à l’est de Lyon avec le futur Grand Stade mais c’est un pari. On en paye actuellement l’addition en nous baladant dans le ventre mou voire la zone rouge de la L1 mais c’est pour mieux rebondir 🙂

Mais merde, Gerland quand même :/

Et puis l’OL aux débuts des années 2000, c’est aussi mon premier et pour l’instant dernier stade de France avec un énorme poto avec qui j’ai vécu la chevauchée fantastique de Capitaine Caçapa et le but de Müller : leurs buts restent dans la mémoire du Gone que je suis 😀

Premier titre pour JMA qui en appelait d’autres et en appellera de futurs.

 

Plutôt Rhône, Saône ou Beaujolais, pourquoi ?

Définitivement Saônois, même si elle peut prendre une couleur boue, la Saône est majestueuse (entre Ainay et Les Subsistances) et sauvage (entre Neuville et Vaise).

Elle rappelle à Lyon que la nature est à ses portes et que celle-ci y est présente en son sein.

Les Rives de Saône permettent aux grands lyonnais dont moi de se la réapproprier.

Pour l’avoir eu sous mes yeux à chaque réveil pendant plus de 6 ans, notre histoire commune n’est pas prête de s’arrêter.

photo credit: @bibiweb via photopin cc

photo credit: @bibiweb via photopin cc

C’est un fait avéré selon des sources contradictoires : le fait que votre blog vous parle…demandez à Cranemou 😀

2 Comments

  1. Chouette billet et ouais en lyonnaise je me reconnais bien là.

Répondre à maud Annuler la réponse.