Le bio est une mode pour les médias…patatra

Je viens de visionner l’émission de Guillaume Durand l’objet du scandale consacré au bio et bah Rudolph Steiner doit se retourner dans sa tombe…

Bonaldi qui est chroniqueur dans cette émission commence à nous expliquer qu’une tomate qui pousse hors-sol est plus bio qu’une tomate bio. Il ne fait pas évidemment le bilan de ce qu’il faut comme machinerie et utilisation d’énergie pour faire pousser une tomate hors de son milieu naturel…

L‘objet du scandale le principe, c’est un groupe pour et un groupe contre et Durand en arbitre. Dans le groupe pour, Deux comiques (Gustin et Jolivet) et Mémé la rockeuse de diamant qui a insisté toute l’émission qu’elle préférait l’agriculture raisonnée !

En ce moment, je ne sais pas ce qu’il se passe entre le reportage assassin sur Envoyé Spécial sur les cosmétiques bio (la journaliste fait son mea-culpa à la fin),  le reportage la semaine dernière dans Capital et le reportage de France 5 « Si beau le bio« .

J‘ai l’impression qu’après avoir encensé le bio, les médias veulent décrébiliser celui-ci, pression des lobbies ?

Quand j’entends (dans la même émission) 0.9% d’OGM autorisés dans les produits bio, je me fais hara-kiri, ce n’est pas ça du tout, c’est que l’on admet (la réglementation bio européenne!) qu’un champ peut être comtaminé par un champs OGM de manière accidentelle cependant c’est au producteur bio de prouver sa bonne foi pour ne pas se voir retirer son label bio (si long et si cher à avoir).

Petite chose pour finir, les détracteurs disent que le bio c’est pas si  bio que ça mais il faut savoir de quel bio on parle. Le bio pour les aliments (qui est le seul a avoir un cahier des charges légal et reconnu) est strictement encadré (par la réglementation bio européenne) et un produit ne peut être labellisé bio (avec le logo AB et/ou européen) que s’il contient 95% de produits finis bio, les 5% restant est ce que l’on ne sait pas faire (encore) en bio ou qui n’est pas labelisable (type algues, l’eau etc…).

A bon entendeur messieurs les médias, Salut!

Ps : Messieurs prenez des spécialistes pour parler de bio SVP

1 Comment

  1. C’est le problème des modes… Et le fait qu’il est plus facile de casser que de construire.
    En matière d’écologie, je ne pense pas qu’il y ait une solution unique. Le manger bio ne peut être généralisé à tout le monde (probleme de coût et de rendement essentiellement). C’est pour cela qu’il est un peu estampille bobo.
    Dans le même temps, on peut très bien manger sainement sans manger exclusivement bio. Il faut savoir toute proportion garder.

    Moi, pour manger bio, je n’ai pas trop besoin de label. Je vais chez mon petit fournisseur de légumes local…

    Tizel

Laisse un petit commentaire