Trois chiffres clés :

– 50,09% d’abstention

– 27,73% pour le parti d’extrême-droit héréditaire sur la France entière

– 34% des jeunes de 18 à 30 ans ont voté pour l’équipe du Stylo

Voilà c’est posé, on laisse les analyses aux spécialistes.

Cependant, y a un truc qui me chiffonne, a-t-on parlé de ce qu’apportaient les régions dans notre quotidien ?

Dernière née des collectivités territoriales, c’est un peu la mal-aimée et une inconnue.

Pas un instant tout au long de la campagne dans la communication électorale officielle et médiatique, on a parlé de ce que faisait la région pour les citoyens…

Ce n’est pas que cela n’a pas été évoqué mais le jacobinisme aidant, on place ça dans des élections intermédiaires comme pour mieux coller à la mode des Midterms d’outre-atlantique (comme la bi-polarisation), ce n’est plus une élection, c’est un référendum pour savoir si on est pour ou contre l’action du gouvernement.

Pourtant dans notre quotidien, la région (AURA pour ma part) agit chaque jour et à la petite échelle de ma petite vie, elle a eu son importance avec les compétences qui lui sont conférées par l’Etat centralisateur.

Voyons donc ce que la région m’a apporté.

Dans mon parcours scolaire :

La région est intervenue dans mon parcours scolaire à maintes reprises et j’ai pris conscience de son importance dès l’entrée de mon lycée où figurait sur sa devanture le sigle de la région.

1982fd_f4117580a6ef49bca9fdb830efbc20cc (1)

 

C’est la région qui finance le fonctionnement d’un lycée, non pas en payant les profs mais en l’entretenant, en construisant et rénovant des lycées et en assurant la restauration collective dans ces dits lycées. Récemment, j’ai pu encore prendre conscience de son intervention dans ce domaine quand j’ai vu que mon ancien lycée délabré avait été reconstruit un peu plus loin flambant neuf.

Au Lycée, la région est aussi intervenue d’une façon plus politique et citoyenne lorsqu’en classe de 1ère, un conseiller régional avait répondu physiquement à l’invitation d’un de mes camarades pour évoquer le fonctionnement du conseil régional.

Un peu plus tard, c’est aussi grâce à la région que j’ai pu signer un contrat d’apprentissage (hélas avorté au bout d’un mois) car c’est la région qui finance le coût de la scolarité des apprentis pour que ceux-ci puissent avoir une scolarité gratuite et par extension qui ne pèse pas sur les charges de son entreprise tout en assurant une formation professionnelle.

Pour la petite histoire, je signais un contrat de qualification 1 mois plus tard.

Dans mon parcours culturel et sportif :

ballet-don-quijote-895062_640

Bien avant la carte MR’A et la carte Rhone-Alpes+, il y a eu le chèque-culture qui m’a permis grâce au soutien de la région Rhône-Alpes (dès 1995) d’avoir le droit de souvenir à :

– une place de spectacle
– une entrée dans une salle de cinéma,
– un bon d’achat en librairie

A cela s’est ajouté si je ne me trompe pas :

– une réduction sur une entrée à un spectacle sportif
– une réduction sur une ou plusieurs séances de découverte sportive
– une réduction sur l’adhésion à un club sportif.

Pour une centaine de francs de l’époque, j’ai pu profiter au cours de chaque année de lycée de tous ses avantages pour une mise financière minime. C’est ainsi que j’ai pu voir pour la première fois des pièces de théâtres au T.N.P ou d’autres théâtres, à m’acheter des bouquins (enfin là, on visait plus du Librio) et aller faire une sortie ciné sans rien débourser.

Cela a participé à me forger une certaine culture et ouverture d’esprit, enfin je pense.

Dans ma vie de jeune actif :

sncf-1068762_640

Plus haut je vous disais que j’étais en contrat de qualification sauf que ce contrat je l’avais signé à Villefranche sur Saône et que j’habitais à Bourgoin la Joyeuse à l’époque et je n’avais pas le permis à l’époque.

Chaque matin, la région via le réseau et les équipements de chemins de Fer qu’elle finance me permettait de me rendre en cours sur Lyon (pas trop) et au taf à Villefranche qui baigne dans le Beaujolais.

D’une certaine façon sans la région et ses T.E.R pendant 3 ans, je n’aurais certainement pas eu le parcours professionnel et la situation personnelle qui est la mienne aujourd’hui, qui sait ?

Dans mon parcours de blogueur :

Une fois grâce à la région Rhône-Alpes et à délégation tourisme, j’ai pu « me mettre en avant » à travers la campagne Bienvenue Chez vous.

Dans mon parcours de citoyen :

vote-661888_640

Plus haut, j’évoquais la venue au lycée d’un conseiller régional, ce n’était pas innocent…

A cet époque, nous étions en 1998, j’ai vécu de l’intérieur ma première et seule campagne politique en tant que militant politique. J’étais ce jeune ingénu qui ne pouvait même pas prendre au vote, je militais pourtant dans le parti de la droite la plus bête du monde et dans le seul syndicat lycéen non étiqueté à Gauche. Ayant grandi dans une ville marquée au fer rouge de la faucille et du marteau, ma pseudo rébellion m’avait porté de côté-là de l’échiquier politique.

Je pris donc part à mon petit niveau à la campagne de la liste RPR-UDF de Charles Millon, candidat auréolé de son statut d’ancien ministre de la Défense, ancien fidèle du regretté Raymond Barre. Me voilà donc à son QG de campagne à la Part-Dieu, à ses meetings à Eurexpo et au Transbordeur (je n’ai appris que plus tard qu’on pouvait plus s’y amuser).

La campagne se passe et au soir du dimanche 15 mars, droite et gauche se retrouvent à presque égalités de sièges (60 de chaque côté si je me souviens).

Tout le monde connait la suite, après avoir vécu le « drame » de la dissolution, la droite et surtout Millon (Chirac lui avait dit qu’il faisait une connerie) ne veulent encore perdre et acceptent le soutien de la clique de Bruno Gollnish (comme dans d’autres régions).

C’est la première claque que je prends politiquement et après une discussion téléphonique avec la référente jeune de la campagne (aussi secrétaire départementale de l’UNI à l’époque) qui tente de me convaincre que ceci est une bonne chose, je reste sans voix et provoque chez moi un schisme avec les idées politiques que je pensais miennes

On va dire que le curseur s’est recentré depuis.

Heureusement cela ne durera pas, l’élection de Millon sera invalidée et la consensuelle et pragmatique Anne-Marie Comparini prendra la tête de la région, préparant le terrain à l’élection de Queyranne comme le fit en quasi simultanée son mentor Barre pour Collomb à la mairie de Lyon.

Alors avec ses 5 raisons qui ne sont que personnelles et à ma petite échelle, la région, cette division administrative m’a quand même construit et apporté des choses.

Elle mérite mieux que le parti de droit héréditaire que les français ont porté en tête dans 6 régions sur 13 au soir du 1er tour.

Ce parti est à l’encontre de toutes les valeurs que j’attribue à la région :

Ouverture, soutien au tissu économique, innovation, décentralisation, tournée vers l’Europe, pansement local d’une inaction étatique

En peu de mots, on aurait dû s’intéresser à ce qu’elle apporte dans le quotidien des gens plutôt que d’en faire un enjeu à l’échelle nationale car si certains s’y sont intéressés et présentés, cela n’est qu’à des fins électoralistes et carriéristes.

Pour finir, j’aurais dû faire ce billet : non en réaction mais en amont 🙁