Ayé, on a basculé dans une nouvelle année civile et on ne va pas se mentir, 2015 sentait vraiment mauvais.

Pas mécontent donc, d’ouvrir une page blanche sur une nouvelle année mais revenons en à-propos sur ce qu’il s’est passé en 2015 sur cette petit fenêtre perso qu’est ce blog et autour.

En chiffres :

– Le nombre de vues a quasi doublé par rapport à 2014 (en constante augmentation depuis 2011)
– Le slow-blogging fut à l’ordre du jour en 2015 avec seulement 39 articles publiés VS plus de 100 les autres années
– Force est de constater qu’heureusement les vieux billets sont là, dans le top 5, on retrouve un seul billet de 2015.
– La force du partage sur Facebook a permis qu’un billet de 2014 truste le nombre de vues : 10 endroits mystérieux à Lyon.
– En dehors des réseaux sociaux, je tiens à remercier Tribune de Lyon et sa rubrique les Lyonnais du Web qui a mis certains de mes billets en lumière et amené du trafic.

Analyse :

– Les billets parlant de Lyon et de ses particularités attirent et sont facilement partagés.
– Le rythme de publication pâtit de mes autres activités sur le web avec notamment mon implication hebdomadaire dans Lyon FamilyCrunch.
– L’inspiration et ma réactivité ne sont plus les mêmes qu’à une certaine époque, je vieillis et ce blog avec…

Alors on fait quoi ? 

Et bah, on persévère dans l’écriture web que cela soit ici, sur Lyon FamilyCrunch, sur Yelp, sur Twitter et ailleurs mais à un rythme qui sera ce qu’il sera sans forcément être planifié avec la résolution de faire X billets par semaine/mois/année.

Car le web même si je n’en suis pas un acteur à proprement parler, apporte de bien belles choses avec des nouvelles rencontres IRL bien sympathiques tout au long de l’année 2015, citons :

Arthur de CanalMatch
Camille de No Friends in Town
Mam’Zine
Sylvie de Gang of Mothers

Et on se souhaite quoi pour 2016 ?

De persévérer dans nos vies avec l’aide de tout ce qui compte pour nous et auquel on peut se raccrocher.

Pour 2016, pas de résolutions donc mais de la persévérance, de la gnaque pour croquer la vie sur le web et IRL à pleine dents.  

J’aimerais, candide que je suis, que 2016 soit l’année de l’innocence, des retrouvailles avec l’émerveillement quotidien et pas la découverte quotidienne de ce que nos sociétés ont de plus noires à travers le prisme des actualités : déprimantes comme elles le furent en 2015. 

Vous croyez qu’on peut remettre les compteurs à zéro pour 2016 et repartir sur une note d’espoir ?

Je vais essayer de persévérer dans cette voie tout au long de 2016, en tout cas…

Et puisque c’est de saison : 

Bonne année !