Je ne sais pas quand fut la dernière fois où je vous ai parlé de bouquins par ici… Je dois l’avouer, niveau lecture, je me suis bien calmé ces dernières années.

L’autre jour justement, en surfant sur le site de France Info, je tombe sur le Roman de Boddah sorti en 2013 de Héloïse Guay de Bellisen, ancienne libraire.

J’ai pas hésité deux secondes à l’acheter.

Ce roman mêle scènes réelles et imaginaires de la brève vie du leader de Nirvana, Kurt Cobain.

Le narrateur est son ami imaginaire, Boddah, à qui il laissera une lettre le jour de son suicide qui sera lue par Courteney Love, le jour de ses funérailles.

Même si l’extrait ci-dessus peut laisser penser qu’il s’agit d’un bouquin sur la vie musicale du groupe, ce n’en est qu’une partie…

C’est surtout une plongée voire une descente avec Cobain dans l’enfer de la dope plus précisément de l’héroïne qui fut son compagne au même titre que Courteney Love, on peut même parler de ménage à trois :/

Dans ce roman qui semble si réel (il l’est), Boddah va nous conter comment Cobain va s’autodétruire après le succès phénoménal de Nevermind (qui détrônera Dangerous de M. Jackson au Billboard).


Point question dans ce livre, d’une théorie de l’assassinat commandité par Love sur Cobain. Celle-ci est plutôt présentée à travers le livre comme un être fragile pas du tout calculatrice, emportée avec Cobain  dans l’héro.

Grohl et Novoselic ne sont que des témoins lointains, on croisera aussi des personnages comme Bily Corgan des Samshing Pumpkins.

Boddah ne fera rien pour aider son moi réel, Cobain, trop centré sur lui et sur le fait de posséder Cobain.

Le bouquin est prenant, je ne vais pas en faire son profil mais s’il y a un truc qui m’a décontenancé, c’est les scènes de shoots, vraiment bien décrites et qui foutent réellement la gerbe devant autant d’autodestruction.

A la lecture de ce bouquin, je ne peux m »empêcher de penser à Fight Club et me dire que les années 1990 furent une fin d’époque où un monde s’écroulait dont Cobain fut un des déclencheurs pas au sens propre mais plutôt imagé.

Fin D'Epoque by Dolly on Grooveshark

Quant à Boddah, il a dû certainement aller hanter une autre rock star du club des 27