Pas question de faire ici un bilan politique, économique et je ne sais quoi sur le maire de Lyon depuis son arrivée à la tête de la mairie en 2001. Pas forcément sympathisant socialiste, j’ai envie à travers ce petit billet de montrer quelle image a GG auprès d’un (grand) lyonnais lambda comme moi.

Continuité et engagement de longue durée

Élu municipal depuis 1977, il a gravit petit à petit tous les échelons l’organisation municipale en devenant maire en 1995 du 9e arrondissement et pour accéder enfin au poste de premier magistrat de la cité lyonnaise en 2001.

Succédant à Raymond Barre, il n’a pas fait de révolution de palais et a été dans la droite ligne de l’ancien premier ministre en composant avec les différentes sensibilités de la ville et de l’agglo.

Pour ma part en 2001, je n’ai pas cru assisté à un 1981 bis, Fourvière et la Tour du Crayon sont toujours au même endroit 🙂

Ouverture politique

A l’instar de Nicolas Sarkozy, Gérard Collomb a aussi pratiqué une politique d’ouverture en faisant investir un candidat étiqueté Modem lors des cantonales de 2008 cependant la comparaison s’arrête là. De l’extérieur, j’ai l’impression que ce n’est pas pour museler l’opposition mais plutôt pour pratiquer un pragmatisme et faire avancer les choses dans la politique de la ville en prenant en compte ses différentes composantes et sensibilités.

N’oublions pas qu’en son temps Raymond Barre avait intégré de nombreux élus socialistes dans l’exécutif du Grand Lyon, dont Gérard Collomb. Je ne pense pas que Gérard Collomb voit en feu M. Barre, un père politique mais il a continué sur le même chemin que celui-ci avait tracé à mon goût.

Politique de grands travaux

Lyon la grise a connu pas mal de changements en quelques décennies au cours des différents mandats avec les maires qui se sont succédés. Gérard Collomb n’ pas dérogé  à cette politique de grands travaux d’aménagements.

On lui doit au cours de ses deux mandats :

– Le Vélo’v
– Les berges du Rhône
– La redynamisation du quartier de la Part Dieu avec notamment les nouvelles tours etc…
– Le nouveau Tunnel de la Croix-Rousse, la rénovation de l’ancien et par extension, les futures rives de Saône
– La requalification du quartier de La Duchère.
– Le quartier Confluence

Certains quartiers de Lyon pourront peut-être se sentir délaissés par la politique municipale mais il y a quand même un truc que l’on ne peut enlever à Gérard, c’est son dynamisme à voir Lyon, évoluer.

Volonté de faire de Lyon, un endroit qui se voit sur la carte

J’ai toujours l’image de ce G7, de ce classement à l’UNESCO que nous devons à M. Raymond Barre (peut-être que j’en suis un fanboy qui s’ignore) mais tout ne s’est pas arrêté en 2001, à l’arrivée de Gérard Collomb, fort heureusement.

Lyon s’est ancrée comme une ville de congrès sous l’impulsion de M. le maire actuel et où ce qui fait l’actu, l’innovation est présent à Lyon.

Une marque pour promouvoir Lyon à l’international est née : OnlyLyon.

Longtemps Lyon et son maire ne furent que des vassaux bien sages et politiquement correct de la Capitale cependant Gérard Collomb a donné de la voix pour que Lyon existe sur l’échiquier national à mon goût.

GG, un maire du 21ème siècle

Il est clair que Gérard Collomb est un bon communiquant ou tout du moins, il utilise avec ses équipes les outils modernes à sa disposition, il a une page Facebook, un compte twitter, un blog et nous avait même sorti un livre « Et si la France s’éveillait ».

Je me doute bien que tout ce qui est publié en son nom soit de sa plume mais où GG va, ce que GG fait on le sait.

En peu de mots, je n’ai pas ce sentiment en l’écoutant, en le lisant ou regardant d’une langue de bois déguisée, quelqu’un de franc en somme et qui n’hésite pas à aller contre son camp en ne faisant pas forcément de politique partisane.

J’évoquais tout à l’heure son ouverture, sa volonté de voir rayonner Lyon. On peut quand même noter que c’est sous ses mandats qu’un festival comme les nuits sonores ont pris un bel essor de succès, surtout dans une ville si bourgeoise avec une musique si particulière 🙂

Alors oui, les 2 mandats de Gérard Collomb ne furent pas les pires qu’est connu notre cite, bien au contraire, j’en suis même plutôt satisfait à titre de simple citoyen.

Cependant, on verra dans un prochain billet, pourquoi 2 mandats c’est bien mais 3 serait peut-être un de trop (d’où mon titre du billet au passé) 😉

photo credit de la home: Karanbole via photopin cc