Landrille «Bouba» Tchouda fait partie de ces créateurs de la région rhône-alpes, issus du monde hip hop,avec lesquels la Maison veut compter. Ses spectaclesavec les compagnies Aca ou Accrorap ont largement dépassé nos frontières. Et à vingt-neufans, au sein de la compagnie Malka qu’il a fondée en 2002 avec le danseur Éric Mézino, «Bouba» n’est pas prêt de poser sesvalises ! Réunissant danseurs français et brésiliens, la création Malandragem, commencée à São Luis dans le Nordeste du Brésil et finalisée en résidence à la Rampe d’Échirolles promet un résultat surprenant et heureux, mêlant hip hop et capoeira. Autour de cette notion de«malandragem»,en résonance avec la philosophie du «s’en sortir». Lesmalandros sont ces gamins débrouillards et malicieux,qui,honnêtes decœur et malhonnêtes par nécessité, savent se tirer avec élégance ethumour des situations les plus périlleuses… La musique est signée Henry Torgue, connu pour ses collaborations avec Jean-Claude Gallotta, Carolyn Carlson ou Philippe Genty.

Je vais voir ce soir à la maison de la danse de Lyon!! J’adore pas mais l’année dernière, j’avais vu une adaptation hip-hop de “l’affaire de la rue lourcine” de Labiche géniale.