5 belles époques lyonnaises

A l’instar d’un TOP 5 de Lyon CityCrunch et de numéros de Tribune de Lyon intitulés « Comment vivait les Lyonnais au Moyen-Âge » et « Comment vivaient les lyonnais à la Renaissance » et j’avais envie de vous proposer un petit billet sur la frise historique lyonnaise en vous sélectionnant 5 époques de l’histoire où j’aurais aimé vivre à Lyon, en ce temps-là.

Lyon, la Romaine :

Imaginez-vous, les représentations dans les théâtres de Fourvière mais aussi toute la vie qu’il devait y avoir dans ce qui est le coeur historique de Lyon tant Fourvière est calme de nos jours. Cette ville dédiée au dieu gaulois de la lumière Lug, continue de briller 2000 ans plus tard.

medium_9410923295 (1)

photo credit: marko8904 via photopin cc

Lyon la médiévale :

Alors même s’il reste le vieux Lyon, on a du mal à s’imaginer Lyon entourée de fortifications comme à Carcassonne ou à St Malo mais Lyon fut une ville fortifiée comme le rappelle UN n° de Tribune de Lyon. On peut s’imaginer Lyon tel Pérouges (une belle sortie lyonnaise au passage) plus près de nous géographiquement. On fantasme le moyen-âge à travers les séries médiévalo-fantasy mais avec des mystères tels que les arêtes de poissons ou les sarrasinières, on peut rêver à une Lyon mystérieuse de nos jours, non ? 🙂
Lyon (Rh?ne)

Lyon (Rh?ne)

medium_5390769019

photo credit: mariag. via photopin cc

Lyon la révoltée :

Les prémices du socialisme et du mutualisme sont aussi passées par Lyon à travers la révolte des canuts. Une certaine idée de la justice sociale du petit face au Goliath soyeux.

medium_8197940748

photo credit: Marianne de Wit via photopin cc

Lyon la résistante :

Avant d’être en zone occupée, Lyon a pu être la tête de Pont de la France libre. Les époux Aubrac, Jean Moulin et tant d’autres anonymes firent de Lyon un phare contre la barbarie et l’occupation nazie. Une mémoire que honore encore Lyon avec le musée de la résistance, le CHRD.


Lyon, la futuriste :

Après les décennies béton et tout automobile sous les mandatures de maires comme Louis Pradel, Lyon s’est faite tristement grise. L’entrée dans le nouveau millénaire lui a permis de revenir dans la lumière sous l’impulsion de maires volontaires. Elle change et ne reste pas figée. En pointe sur le numérique à une période, la robotique semble avoir pris le relais de l’innovation. Un quartier, Confluence, pousse à son extrémité comme symbole de son renouveau comme un pied de nez aux urbanistes qui par le passé ont fait passer une autoroute en plein centre ville.
Mais la ville ne tourne pas le dos à son passé et ravive la fête des lumières, remet les transports en commun (tramway, velo’v) au centre de la cité.

En espérant que le virage de la métropole inclura, intégrera toute son aire d’influence et de décisions à la fois politique, économique et sociale. En peu de mots, Lyon dans le futur ne doit pas être une ville-centre/musée coupée et repliée de ce qui l’entoure et fait son poids démographique : sa banlieue au sens large du terme.

Certainement un défi de la prochaine mandature dès 2014.

Confluence 13_03_2012
Photo par/du photographe urbain lyonnais B-Rob !

2 Comments

  1. Est-ce que tu considères la Renaissance comme faisant partie du Moyen-Age ? Car le Vieux Lyon est un des plus grands quartier Renaissance (j’ai lu quelque part le deuxième après Florence, mais je ne retrouve pas cette info)

    • Les deux mon neveu !

      « Le Vieux Lyon est le quartier médiéval et Renaissance de Lyon. » cf fiche wikipedia http://goo.gl/IiS13a + « Le quartier commence à être vraiment occupé à l’époque carolingienne (vers 800) sous l’influence de Charlemagne, puis au Moyen Age.  » http://goo.gl/fo4rZc + on apprend ici qu’à la chute de l’Empire Romain (donc début du Moyen-âge) les lyonnais d’alors se replient sur la rive droite de la Saône http://goo.gl/MkqZoB

Laisse un petit commentaire