lyon-1004369_1280-1
Il fut un temps pas si lointain où le simple fait d’évoquer le Grand Lyon sans parler du département dur Rhône me paraissait incongru (ici et ).

En ce temps-là, le président était encore de droite (quoique l’actuel…) et la gauche (y compris lyonnaise) se battait contre la fin annoncée des départements.

Depuis la Saône et le Rhône ont coulé sous nos ponts lyonnais et Lyon est devenue capitale de la métropole du même nom.

Une ville épicentre autour de laquelle gravite des communes rouges, bourgeoises et campagnardes.

J’ai dans mon adn d’habitant de la métropole ces 3 composantes :

  • j’ai grandi en banlieue qu’on dit chaude
  • je vis dans une ville de la métropole privilégiée
  • je travaille dans une ville de la campagne des Monts du Lyonnais de la métropole

 

Finalement de Lyon même en tant que résident sur mes 35 années de vie, je n’y aurais eu qu’une ou deux adresses à Lyon intra-muros pendant 9/10 ans.

Cependant quand je pense Lyon, je la pense et la vis dans son intégralité et je ne me limite pas à ses limites géographiques et/ou administratives.

J’ai donc quelques souhaits à formuler pour la métropole de Lyon pour son avenir proche et lointain à l’heure où celle-ci est sous les spotlights marketing et qu’elle est élue meilleure destination pour les week-end en Europe et que la métropole ne se vit pas que sur un week-end, elle mérite bien plus de temps pour l’appréhender, une vie certainement…

Unité territoriale

giphy-3

Si Lyon est le centre névralgique où beaucoup de choses (tout) se passent, il ne faut pas oublier les 3 composantes que je citais plus haut car sans elles, Lyon ne pourrait pas se targuer d’être la deuxième métropole de France…

Il y a des exemples récents d’unité territoriale qui sont assez flagrants et qui devraient être multipliés à l’infini pour que la métropole devienne (enfin) plus humaine et solidaire.

Citons :

  • La Passerelle de la Paix entre Saint-Clair et la Cité Internationale. Deux quartiers (l’un populaire, l’autre élitiste) qui sont désormais reliés autour du somptueux Rhône.
  • Bellecour où aucun projet de logements neuf n’avait vu le jour depuis presque un siècle et qui verra à l’aube de 2018, 25% de ce programme immobilier destiné à des logements sociaux grâce à Habitat et Humanisme.
  • Le tram-train qui vient jusqu’à Saint Paul

Alors je n’ai pas tous les exemples en tête et ils ne sont qu’une goutte d’eau dans un océan d’inégalités géographiques, sociales et économiques mais on voit que cela est réalisable.

C’est bien d’aménager nos berges et nos rives, la Confluence pour que les lyonnais et touristes puissent flâner mais il ne faut pas oublier ceux qui font ce qu’est la métropole de Lyon : ses citoyens (et contribuables).

Déplacement

giphy-2

Cela rentre bien évidemment dans l’unité territoriale, on a quand même pas mal lotis niveaux infrastructures de transports entre nos réseaux de transports en communs, les solutions alternatives que constituent Vélo’v, Bluely et les balbutiements du scooter électrique en libre service…

Cependant tout passe par Lyon-Villeurbanne à quelques exceptions près (quelques stations Vélo’v à Caluire et Bluely à Champagne), des connexions directes entre les territoires de la Métropole n’auraient-ils pas certains avantages sociaux, économiques et politiques ?

Prenons un exemple, vous voulez aller de Saint-Fons à Saint-Genis-Laval, vous êtes obligé de passer par Lyon Centre alors que le bus pourrait prendre l’A6 et le pont de Pierre-Bénite pour vous amener du point A au point B…

Notre métropole est faite de collines, pourquoi ne pas reprendre l’idée du téléphérique urbain que défendait Eric Lafond pour interconnecter les villes de la métropole sans pour autant passer par un métro (Ligne E…) ou une ligne de tram plus onéreux et plus long à mettre en place que le téléphérique…

Autre aspect pour le déplacement, le vélo, il y a de magnifiques exemples de pistes cyclables comme celle qui court de Saint-Paul à Vaise (jusqu’au conservatoire) mais qui ne sont pas interconnectés à un vrai réseau de pistes cyclables en site propre (donc sécurisé).

Pour quand, une solution cyclable sur la rive droite de Lyon dans son axe Nord-Sud en partant du Cours d’Herbouville jusqu’à Perrache ?

Espérons qu’avec la prochaine déclassification de l’A7 entre la Mulatière et le tunnel de Fourvière permettra cela, sachant que le travail a déjà été amorcé en amont au nord avec le cours Aristide Briand par la ville de Caluire et  surtout que le tunnel mode doux a déjà fait sauter un verrou pour la circulation durable entre l’Est et l’Ouest de la Métropole….

Cela ne serait qu’une continuité…

Fin des dynasties et des copinages

giphy-1

A vrai dire, cela rejoint encore l’unité territoriale car quand j’entends que le possible successeur élu de Gérard Collomb sera David Kimelfeld à la mairie de Lyon, je n’ai rien contre…

Cependant c’est pour que M. Collomb garde son strapontin à la métropole de Lyon en tant que président pour 2020.

On a besoin de renouvellement sachant qu’à l’aube des années 1980, Monsieur Collomb était déjà candidat à la mairie et finalement mes 5 raisons pour dire gentiment non à GG en 2014  seront toujours valables en 2020…

Et je crois que madame Collomb a (avait) des vues sur une opportuniste carrière en politique…

Je n’ai rien contre le maire de Lyon et je partage beaucoup de ses avis et admire la continuité des politiques municipales et métropolitaines qui avaient été initiées bien avant lui par M. Noir et M. Barre (bien qu’il en ait fait les siennes)…

La métropole de Lyon ne devrait-elle-pas être dirigée par un un président qui ne soit pas lyonnais mais grand-lyonnais ? Les décisions n’en seraient-elles pas plus neutres ?

Les maires des petites communes de l’ouest lyonnais font souvent la une après chaque élection municipale à ce sujet, ils ont peut-être raison…

Le renouvellement ne passe pas non plus par un parachutage comme Perben en 2008 (coucou M. Macron)…

Lyon est une ville de réseaux, très fermés et pas assez ouverts, on espère que l’ère numérique permettra de faire évoluer cela et que les nouveaux réseaux qui éclosent, seront plus ouverts et accueillants pour et vers la métropole et ses habitants…

Plus de vert

giphy

Quoi qu’on en dise, la métropole est aussi très campagnarde et un tissu rural ceinture notre métropole bien urbaine :

 

Au moment où Bayer rachète Monsanto (dont le siège français est à Saint-Priest, c’est pas une gloire…), la métropole doit se tourner vers plus de durable et des idées comme la ferme urbaine lyonnaise, que les AMAP, marchés bio doivent être soutenus à la même hauteur que les évents webs qui récoltent à tour de bras des subventions

L’exemple de la halle Martinière dont le projet est resté trop longtemps à l’abandon suite à une guerre municipale intestine n’a que trop duré…

Certes Lyon communique sur son côté green depuis des années mais la métropole est bien plus verte que Lyon intra-muros et le peu d’exemples cités juste au dessus ne demandent qu’à se développer et à être adopté par les habitants de la métropole.

Encore, faut-il qu’on incite et encourage les initiatives (par des subventions publiques) et qu’on ne se limite pas au Parc de la Tête d’Or comme poumon Vert de la métropole…

 

Des vœux (eche)vains ?