Il y a deux semaines, je vous parlais de racines, de racines rock. Cependant, mes états de services musicaux font aussi états de roots, de vibes, de zamal (sans prosélytisme, juste pour le folklore ^^) et de racines africaines, oui la Réunion (dont je suis originaire) est rattachée à l’Afrique géographiquement.

« Et tu veux en venir où ? », me direz-vous. Hier soir, j’assistais au concert de Tiken Jah Fakoly au transbordeur, africain de son état. Un vrai combattant pour la cause africaine à travers ses chansons et ses actes. Laissons le côté politique de côté pour l’instant pour nous intéresser à la musique de celui-ci.

Ce concert au transbordeur marque la promotion de son nouvel album « ‘African Revolution », album qui signe son retour après 3 ans sans album studio. Pour la scénographie de la scène, le choix était porté par l’affichage des grandes figures de la lutte africaine (dont Mandela) sur des grandes bâches aux couleurs crèmes. Cette couleur crème était la même employée pour l’éclairage et excusez moi du cliché mais on se serait cru dans la savane, en Afrique quoi :D.

Bon comme tout concert qui se respecte, on t’annonce 20h00 et le Tiken est arrivé vers 21h15 ou 30, enfin détails sans importances. Le reggae de Tiken Jah est un savant mélange entre influences européennes (la section cuivre), la rythmique jamaïcaine sans laquelle point de morceau reggae mais aussi africaine avec cet instrument la Kora que je ne connaissais absolument pas.
La kora

Image issue du site http://www.afrisson.com

Le set a commencé avec le classique « Francafrique » s’en est suivi nouveaux morceaux, les classiques (dont le Balayeur Balayé) dans un medley et une partie acoustique, pas la meilleure partie de mon goût.

N’étant pas critique musical, ni un audiophile averti, je ne peux vous parler que de mon ressenti de ce concert. Déjà au niveau du public, cela m’a changé de certains festoches cet été où le public était mou, là, un public hétéroclite faits de petits rastas blancs mais aussi de vrais compatriotes de Tiken Jah et un d’un petit roucain et de sa belle. Mais là c’était chaud et ça réchauffe avec la caillante qu’on avait dehors. 1500 personnes (concert full) qui attendaient le pape du reggae africain venu amener la bonne parole.

Justement Tiken est un peu un prophète dont on boit les paroles et on se dit sur le moment « ouais c’est vraiment injuste, laissons les passer, abolissons la mondialisation, la coopération unilatérale, l’esclavage moderne etc… ». Cependant, là où il ne faut pas se tromper c’est sur cet engagement de Tiken Jah, c’est que cet engagement est le sien et pas le notre.

Je m’explique, pour lui l’Afrique ne s’en sortira que par elle-même, il ne demande pas à toute la planète de venir en Afrique, justement toute la planète ils l’ont trop vu venir en profiter sur leur sol et cela n’était pas réciproque.

Trêves de paroles altermondialistes, l’Afrique est le continent de l’avenir pour les africains et appliquons cette parabole « quand quelqu’un a faim, je préfère lui apprendre à pêcher que lui donner des poissons ».

Pour résumer ce concert, un bon moment de passer, un artiste qui fait vivre le rock au ralenti (comprenez Reggae ^^), un artiste qui vit et à qui je souhaite une longue vie musicale, engagée et surtout « Get up, stand up ».

Découvrez la SmartRadio Tiken Jah Fakoly

NB : Découvert en première partie, Sonith, un artiste lyonnais que vous pourrez retrouver au Sirius en Showcase, le 9 décembre à 20h30 (free). Au passage, ayez un élan solidaire en l’aidant à produire son album sur My Major Compagny