L‘autre jour à un mariage en parlant avec un vieux pote, on s’est rappelé les bons souvenirs de métalleux, enfin même si j’en ai cotoyé, j’en ai jamais vraiment été un!

Dans le quartier où j’ai grandi, il y a un peu plus de quinze ans, la culture urbaine voulait que l’on soit rap en gros, ce que je n’ai jamais pu…

Ma première claque musicale fut l’achat par hasard d’un cd de AC/DC « Let there be rock  » et là avec leur heavy bluesy, je savais que j’avais découvert ce qu’était le rock que je voulais du hard, du bon riff.

Après les découvertes avec les potes (très (trop?) peu nombreux à écouter cette zik), on commence à toucher du lourd tel que Metallica (cela dépend si on est du côté avant ou après le black album?) et on file vers des côtés plus sombres du métal en écoutant du black (Dimmu Borgir for example) ou du death (Paradise Lost) avec en toile de fond toujours du heavy avec des groupes tels que Helloween ou Gamma Ray ou encore les brésiliens d’Angra (RIP).


Découvrez Metallica!

Qu’est ce qui me plut (ou me plait encore) dans ce son :
– des riffs
– de la musique non trafiquée
– des solos de grattes jubilatoires (jouissifs)

C‘est vrai que quand on est ado, on s’accroche à des codes et les codes du métal me correspondaient pour un ado paumé et solitaire comme j’étais, je trouvais une tribu à laquelle m’identifier et sans tomber dans le folklore des têtes de mort ou sacrifices de poulets ou encore d’autres rites satanistes 😛

Après on évolue, on écoute du Laurie 😛 mais on a toujours en toile de fond cette musique qui a bercé notre adolescence et moi ce fut cette musique là!

Au fait vous savez ce que j’écoute en écrivant ce post ? On fait un blind test!


Découvrez Gérald De Palmas!

PS : et oui tout fout le camp! mais 974 en force 😛